L’été n’est point mort  

L’été n’est point mort, l’été respire encore. J’ai vu ce matin éclore une rose alanguie qui aspirait l’air marin, espérant ainsi trouver dès l’aube la force de s’épanouir enfin.

Elle s’ouvrit peu à peu dans la douceur ambiante et déploya sa robe de dentelle et d’or, telle une danseuse accomplissant une révérence juste avant de présenter un ballet.

Le soleil qui brillait haut et fort, s’émerveilla devant ce port altier et noble. La rose offrit son parfum dans l’harmonie du jour, et l’astre solaire continua de darder ses rayons bienfaisants sur la campagne ravie, remettant à plus tard l’avènement attendu de l’automne.

 

©  Monique-Marie Ihry    18 août 2013 

Texte déposé, reproduction interdite