Larmes d’hiver

 

La pluie projette sur  la ville un océan de larmes

Et je verse dans la mélancolie de l’âme.

Les gouttes mêlent leur  amer désespoir

Au crépuscule installé.

Mes pas lents se font lourds, pesants,

Le voile de la nuit  installe sa langueur

Dans les frimas de l’hiver qui peinent mon cœur.

 

Monique-Marie Ihry    – 28 décembre 2009  – 

© Tous droits réservés